Des livres & des auteurs
Jean-Louis Servan-Schreiber
« Pourquoi les riches ont gagné »

« L’obsession politique et médiatique de « la crise » occulte le fait que nous assistons à une (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.reprisedentreprise.com
Accueil - Initiatives & management : acteurs et témoignages
 
Développement durable
Les nouveaux métiers de la "croissance verte"
 

Valérie Létard, lorsqu’elle était secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’écologie et du développement durable, a présenté à l’automne 2010 la publication du guide « Croissance verte : Zoom sur 50 métiers » (La Documentation Française ).

Cet ouvrage s’inscrit dans le « Plan de mobilisation des filières et des territoires » issu du Grenelle Environnement. Lancé en janvier 2010, il a pour objectif de « mieux identifier les métiers de la croissance verte, de connaître les besoins de recrutement ; de faire connaître ces métiers et de les promouvoir ; d’intégrer la croissance verte dans tous les programmes de formation et adapter les dispositifs de formation ... »

"Croissance Verte" - La Documentation Française Rédigé en partenariat avec les professionnels issus du comité de pilotage du plan de mobilisation, ce premier guide présente 50 métiers répartis en 11 filières.
Chacun des cinquante métiers est présenté sur une double page, avec des précisions sur le profil requis, le niveau de formation, les salaires et les opportunités d’évolution.

- Nous publions ci-dessous de larges extraits de l’intervention de Valérie Létard, le 28 septembre 2010, à l’occasion du lancement de cet ouvrage.

« Les métiers de la croissance verte : une réalité ! »
Valérie LétardPar Valérie Létard *

«  Désormais ces métiers « verts » ou « verdissants » ont leur ouvrage de référence qui vient s’inscrire comme un des éléments constitutifs du plan des métiers que je porte auprès de Jean Louis Borloo depuis mon arrivée à ce ministère.

Lancé en janvier dernier avec l’appui de nos 11 comités de filière, ce plan de mobilisation des filières et des territoires contient un certain nombre de mesures qualitatives et quantitatives.

Notre « Zoom sur 50 métiers » entre très précisément dans le cadre du programme 2 touchant à la promotion des métiers de la croissance verte, à l’information et à la sensibilisation des prescripteurs de l’orientation, de l’emploi et de la formation, mais également des professionnels et du grand public. (…) Nos partenaires avaient soulevé (le fait ) « que nombre de filières misaient sur un renversement d’image des métiers de secteurs perçus comme « technologiquement dépassés », « vieux », « pollueurs », en secteurs porteurs. Ce renversement d’image ayant pour conséquence d’attirer de nouveaux publics en particulier les jeunes, ou les actifs en reconversion, en valorisant, également, les possibilités de carrière et de promotion sociale ».

Certaines filières escomptaient également « une féminisation de leurs recrutements grâce à cette image de modernité et d’engagement durable par exemple dans le bâtiment, les métiers de l’électromécanique et de l’électricité ou encore la chimie verte ».

Nous avions donc principalement convenu que nos actions de promotion auraient pour objectifs :

D’informer et de sensibiliser les personnes en recherche d’emploi, et tout particulièrement les jeunes, pour favoriser leur orientation vers les métiers de la croissance verte.

D’actualiser les connaissances des prescripteurs de l’orientation de l’emploi et de la formation, sur la réalité des compétences et des métiers de la croissance verte ainsi que de leurs évolutions.

D’associer largement le secteur de l’économie sociale à notre travail et aux débouchés possibles afin de valoriser les personnes en insertion sociale et professionnelle.

"Croissance Verte" - La Documentation Française 50 métiers de la croissance verte.

Le contenu de cet ouvrage correspond à l’ensemble des objectifs que je viens de citer.
Quelques mots sur le titre d’abord « Croissance verte : zoom sur 50 métiers » :

Nous avons choisi le terme de « Zoom » pour faire un arrêt sur image précis sur une cinquantaine de métiers, sélectionnés en lien avec nos présidents de comités de filières comme étant des métiers d’avenir et pour certains, déjà en tension.

Autre choix éditorial, celui de présenter les « métiers » et non plus les « filières » de la croissance verte afin de gagner de la lisibilité auprès du grand public.

Diversité des carrières et des niveaux de formation.

Bien d’autres métiers auraient pu figurer dans cet ouvrage. Notre zoom n’est donc pas un palmarès, ni une liste exhaustive de tous les métiers existants de l’économie verte. Il a en fait pour objectif d’illustrer la diversité des carrières possibles et la variété des niveaux de formation permettant de s’engager dans les parcours proposés. Il nous montre aussi et surtout que les métiers de la croissance verte, c’est une réalité.

A l’instar du plan des métiers de la croissance verte notre ouvrage reprend 11 filières créatrices d’emplois (agriculture et forêts, automobile, bâtiment, biodiversité, eau, électromécanique, énergies renouvelables, métiers de la mer, raffinage, transports, tourisme) et propose systématiquement des métiers en cours de développement à l’intérieur chacune de ces filières.

Nous avons souhaité que chaque présentation de métier soit mise en relation avec le Grenelle Environnement afin d’expliquer la manière dont il est impacté.

Vous y trouverez des métiers considérés comme « nouveaux » : Je pense aux thermiciens dans le secteur du bâtiment, aux contrôleurs en agriculture biologique, aux animateurs généralistes en éducation à l’environnement dans le secteur de la biodiversité, aux développeurs de projets dans le secteur des énergies renouvelables, ou encore des conseillers en développement durable dans plusieurs secteurs ...

Des métiers appelés à se "verdir"

Vous y trouverez également des exemples de métiers existants amenés à se "verdir" : vous pourrez ainsi évaluer de quelle manière les Grenelle impactent le chauffeur-livreur, le poseur en isolation thermique, le marin pêcheur ou le responsable de plate-forme logistique ...

Outre les métiers et leurs compétences que faut-il retenir de l’offre de formation que nous avons recensée ?

- L’offre de formation existe :

 Elle est accessible à tous les niveaux de qualification : du CAP aux masters et diplômes d’ingénieurs ;

 Les acteurs de la formation professionnelle (organismes de formation, OPCA,) ne sont plus dans l’expectative ou dans le questionnement : Ils adaptent leur offre de formation par métiers aux évolutions liées au développement durable.

-  Que faut-il retenir en matière de salaire ?

Les échelles de rémunérations des métiers liés à la croissance verte fonctionnent selon les mêmes paramètres que le marché du travail : La plupart des emplois commencent au SMIC.

En revanche, ce qui est remarquable, c’est que sur ces métiers émergents, les parcours peuvent être beaucoup plus accélérés et amener rapidement des prises de responsabilités importantes assorties de progressions de rémunération : c’est le cas par exemple :

 de l’agent de déchetterie qui démarre au SMIC en début de carrière mais qui dispose de perspectives d’évolutions très intéressantes, par exemple gestion d’un centre de tri, en partant de formations initiales modestes.

 du Technicien supérieur en génie écologique qui perçoit 18 à 30 000€ selon son expérience et la taille de la structure dans laquelle il travaille. Ce niveau de rémunération devrait augmenter dans les années à venir, à la faveur de la professionnalisation de la filière et de la reconnaissance de la valeur ajoutée du Génie écologique.

600 000 emplois potentiels à l’horizon 2020 ...

Dernier élément relatif au choix éditorial, nous n’avons pas chiffré le potentiel d’emplois correspondant à chaque métier. Nous ne l’avons pas fait car cela est techniquement impossible.

On connaît tous la tendance générale, c’est-à-dire les 600 000 emplois crées ou maintenus à l’horizon 2020. Mais ces 600 000 emplois seraient une estimation basse si l’on se réfère aux rapports des comités de filières et à celui de Syndex Alpha qui estime le potentiel de la Croissance Verte à 900 000 emplois !

Vous l’aurez compris, ces chiffres sont en tout état de cause encourageants mais à géométrie variable. D’ailleurs, attendre de connaître le nombre exact d’emplois pour agir est une perte de temps. Car nous, pouvoirs publics, avons le devoir d’accompagner dès aujourd’hui les salariés dans la mutation de leurs compétences pour être au rendez vous de l’emploi. Et quelque soit le chiffre final, on mesure la bouffée d’oxygène que ces emplois représentent à l’heure où le gouvernement espère pouvoir passer notre taux de chômage sous la barre des 9% d’ici 2012 en donnant la priorité à l’emploi des jeunes par le biais de l’alternance et de la formation professionnelle. (…)

Cet ouvrage fait partie intégrante du plan des métiers dont la mise en oeuvre se poursuit dans le cadre du comité de pilotage dont je tiens à souligner la qualité des travaux.

Sur le plan national, nous avons mis en place un Observatoire national des métiers (1) et préparons des conventions avec Pôle emploi, l’AFPA ainsi qu’EDF.

Dans le domaine du bâtiment, Jean-Louis Borloo a signé la convention Feebat avec la fédération française du bâtiment et avec les énergéticiens. Ce sont 120 000 professionnels du bâtiment qui seront formés aux économies d’énergie.

Au début de l’été, nous avons lancé une étude pour voir de quelle manière on pourrait structurer la filière de la biodiversité et des services écologiques.

Nous sommes en train d’adapter les programmes et les référentiels aux nouvelles réalités des métiers par l’ensemble des ministères compétents (Ministère de l’Education nationale, du Travail, de l’Agriculture ...).

Au niveau des territoires (2), nous poursuivons la préparation des premières expérimentations en lien avec les régions sur les filières correspondant le plus à leurs besoins.

Comme vous le voyez, le Plan de mobilisation ne cesse d’évoluer à l’image des métiers qu’il souhaite promouvoir et porter ! »

* Valérie Létard était alors secrétaire d’Etat chargée des Technologies vertes et des Négociations sur le climat, auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer.

(1) - L’Observatoire national des emplois et des métiers liés à la croissance verte est né du plan de mobilisation des filières et des territoires présenté lors de la conférence nationale sur les métiers de la croissance verte lancé le 28 janvier dernier. Il constitue le premier volet du pacte de solidarité écologique dont un des objectifs est de faire de la croissance verte un enjeu majeur pour l’emploi. Il répond ainsi au besoin d’identifier et de mieux cerner les emplois de cette nouvelle croissance. L’observatoire a pour but d’offrir un diagnostic partagé et centralisé de méthodes et de chiffrages sur les emplois, métiers et formations de la croissance verte. Il devra mettre en place le suivi statistique, les modes d’observation au niveau national, ainsi qu’une déclinaison spécifique des travaux au niveau régional, dans le cadre des observatoires existants. Il est un lieu de concertation, de partage d’information et de coordination.

(2) - « La dimension territoriale constitue un volet fondamental du Plan de mobilisation pour le développement des filières et des métiers de la croissance verte », précise le ministère : « Les conseils régionaux de par leurs compétences en matière de développement économique et de formation professionnelle constituent des acteurs fondamentaux et indispensables à la mobilisation des territoires. C’est pourquoi l’Etat proposera aux régions volontaires, dans le cadre d’un appel à projets, d’associer leurs efforts pour mieux mobiliser les territoires et articuler démarche nationale et démarche locale. Dans ce cadre, l’Etat propose aux régions une boîte à outils commune comprenant des mesures identifiées et des possibilités d’expérimentation de projets innovants. Cette démarche s’inscrira dans le cadre de la préparation des contrats de plans régionaux de développement de la formation (CPRDF), créés par la loi relative à l’orientation et à la formation tout au long de la vie, à élaborer d’ici à juin 2011 (cosignataires : préfet, conseil régional, autorité académique). Cette démarche pourra nourrir un volet « métiers de la croissance verte » intégré au CPRDF. »

-  Voir notre article sur les collectivités territoriales et le développement durable publié dans L’Express

Lire aussi...
 Philippe Hayat :
« Il reste des verrous à faire sauter pour créer des entreprises de croissance... »
 Femme et entrepreneur : se faire accompagner pour pérenniser son projet
 FRANCHISE
Les réseaux lauréats des "Coups de cœur" 2014 de L’EXPRESS
 Marion Pautrot, styliste, lauréate du prix "Jeun’ESS" : elle conçoit des vêtements pratiques et élégants pour faciliter la vie quotidienne
 Aude de Thuin :
"Français, osons !"
 FRANCHISE
L’exportation, une voie à cultiver pour les enseignes françaises
 Encourager la reprise d’entreprise par ses salariés
 A quoi servent les syndicats en France ?
 « Viens Jouer à la Maison » : de l’idée au business-modèle gagnant
 Entrepreneurs au Québec
 Capital Investissement & croissance des PME dans les pays riverains de la Méditerranée
 Les PME adeptes du mécénat malgré la crise
 Entreprises : les conditions du retour de la confiance
 Franchise : les réseaux sont confiants dans l’avenir
 Des PME mécènes récompensées
 Des initiatives économiques récompensées : le palmarès 2012 des "I.E."
 Réseaux d’accompagnement et de financement : bilans de France Initiative et de France Active
 Management : « Progresser ensemble par la bienveillance et la confontation »
 PME : Qui sont les "entrepreneurs-développeurs" ?
 PME & INNOVATION
Notre proposition de créer un statut d’Entreprise d’Innovation et de Croissance (EIC) recueille un très large soutien
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page